Dans la rue, Proscovia se sentait invisible. Plus maintenant.

Proscovia est venue de Tanzanie en France en 2014. Après trois ans de procédure, le statut de réfugié lui a été octroyé en juin dernier. Elle qui n’avait jamais été à l’école et parlait uniquement swahili a appris à maîtriser l’anglais et le français. Après avoir vécu en monastère, puis à la rue, elle s’occupât de la petite fille d’une mère célibataire qui l’accueillît chez elle. Aujourd’hui, elle travaille à mi-temps en hôpital tout en se préparant aux concours lui permettant de devenir aide-soignante:

« Avant, quand j’étais dans la rue, c’est comme si j’étais dans une pièce pleine de gens, mais coincée derrière les rideaux. Je peux entendre et voir tout le monde mais je suis invisible, je sers à rien, je compte pour personne. Maintenant je suis super heureuse. C’est une nouvelle Proscovia, j’apprends des choses tous les jours, je me fais des amies. Pas que des réfugiées. Des gens qui pensent différemment. Je m’améliore ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s